Toute performance débute dans les yeux

RSS
Toute performance débute dans les yeux

Dopamine, dopamine, dopamine haaaa la dopamine!  Avez-vous bien retenu ce mot? Ce neurotransmetteur, la dopamine, reliée au plaisir, joue un grand rôle dans le monde de la performance. Principalement grâce à son impact sur notre focus et notre concentration. Plusieurs stratégies sont disponible afin d’optimiser nos performances. Mais quelle stratégie est la plus efficace et surtout la plus saine.

Dans cet article, nous vous offrons une section scientifique mais également une section vulgarisée du sujet. Bonne lecture! 

Pour un athlète, la clé se trouve dans la préparation

Que ce soit physiquement ou bien cognitivement, il faut certaine prédisposition pour performer. Tous les préparateurs physiques comprennent ce point. Du côté physiologique du moins. Mais le cerveau et nos hormones ont également besoins de ce procédé.  Afin d’optimiser notre dopamine, nous devons respecter plusieurs points que voici :

  • Une alimentation adaptée à nos systèmes énergétiques
  • Une balance posturale optimale
  • Une alimentation élevée en L-Tyrosine et L-Phénylalanine
  • Une supplémentation en L-Tyrosine
  • Rappelez-vous : Calme=performance
  • Comprendre le réflexe dopaminergique

 

 

 

Le réflexe Dopaminergique (explication scientifique)

L’ancien proverbe ‘’ Les yeux sont la fenêtre de l’âme’’ peut, à certains égards, être validé par la neuroscience cognitive. Le diamètre des yeux gagne en popularité en tant qu’indice d’effort mental (‘’Charge cognitive’’) et d’excitation. Le ‘’réflexe dopaminergique’’ ou ‘’action dopaminergique’’ est le rapport des niveaux de dopamine. Qui sont censés maintenir un équilibre entre la flexibilité (être capable de changer l’attention sur de nouveaux éléments) et la stabilité (être capable d’ignorer les éléments gênants). Certains travaux récents suggèrent que le taux spontané de clignement des yeux, la rapidité avec laquelle les yeux clignotent dans des situations quotidiennes normales, peut également être un indice des processus préfrontaux ou exécutifs.

Le clignotement est un comportement qui peut être déclenché volontairement par réflexe (pour se protéger des objets étrangers) ou ‘’spontanément’.  Le taux spontané de clignement oculaire est mesuré sur plusieurs minutes (généralement compris entre 1 et 5) et analysé en termes de taux de clignement moyen ou d’intervalle inter-clignement. Il existe cependant un déterminant non-intrusif du taux de clignement des yeux spontanés qui est l’humidité ou ‘’Film lacrymal’’ de l’œil.

Par contre, ce qu’il faut retenir est que le réflexe dopaminergique peut être un bon moyen de mesurer notre niveau de dopamine cortical. Si l’activité du récepteur dopaminergique est augmentée (avec une alimentation élevée ou bien supplémentation en L-Tyrosine), vous pourrez moduler l’amplitude d’ouverture ainsi que votre taux de clignement des yeux. Et par défaut optimiser vos rapports flexibilité/stabilité de votre dopamine


En français Svp!

Qu’est-ce que le réflexe dopaminergique? C’est le rapport flexibilité/stabilité de votre dopamine. Dans un système de performance, c’est votre capacité à reproduire un seuil neural et hormonal, contrôlé et optimale, de dopamine en autre, identique à celui créé lors d’un évènement antérieur.

L’objectif est de créer, dans une optique de programmation, une optimisation de votre seuil de dopamine.

Conjugué à une supplémentation en L-tyrosine.  Si vous tenez compte lors d’un exercice contrôlé,  la dimension ainsi que le taux de clignement de vos yeux. Il sera possible de créer et ainsi même optimiser vos taux de dopamine disponible lors d’un évènement future. C’est ce qu’on pourrait appeler, une prédisposition optimale de votre dopamine. 

 

De quelle façon s’y prend-on?

Pour obtenir les résultats escomptés, il existe plusieurs approches. Pour les athlètes d’adversités, le procédé se fait généralement de lui-même lors de confrontation. Pour un athlète en entraînement individuel, il faut le stimuler artificiellement. Le meilleur moyen est de venir le confronter directement avec un ‘’eyes contact’’ quelques secondes avant son effort. On doit offrir à l’athlète une adversité directe, de façon oculaire, jusqu’à ce que nous observions une dilatation de l’œil et une vitesse de clignement similaire lors d’un seuil de dopamine optimal.

 

Pour les intellectuels

Pour ceux vivant une surstimulation au quotidien, comme celle émise via les écran d’ordinateur ou de télévision. Votre dopamine est grandement stimuler mais également les nutriments nécessaire à sa stabilité, comme la L-Tyrosine. À vrai dire, la lumière bleue est probablement la plus grande cause de cette hyperstimulation. Pour nos yeux,  c’est la lumière dites ‘’la plus invasive’’ . La lumière bleue, est celle ayant le plus grand impact sur le diamètre ainsi que le taux de clignement de nos yeux. Comparativement à la lumière orange, étant celle la moin invasive au niveau optique. Donc si vous travaillez longuement à l’ordinateur et/ou que vous soyez exposé à de grande quantité de lumière bleu, vous avez l’option de sois utiliser des lunettes bloquant la lumière bleu ou bien utilisez une supplémentation adéquate de L-Tyrosine. Afin de fournir à vos récepteur de dopamine suffisament de nutriments nécessaire à ses fonctions.  

De cette façon, les niveaux de dopamine sont censés maintenir un équilibre entre la flexibilité (être capable de changer l’attention sur de nouveaux éléments) et la stabilité (être capable d’ignorer les éléments gênants).

 

Méfiez-vous de certains produits alimentaires 

Dans l’industrie alimentaire, plusieurs stratégies sont utilisées afin de tromper chimiquement votre dopamine. Plusieurs utilise ce qu’on appelle des ‘’GMS’’ également appelé excitotoxines. De fausses saveurs, ayant pour but de venir stimuler vos récepteurs de dopamine et par défaut simuler une fausse sensation de plaisir.

De plus, méfiez-vous également de l’acide citrique, supposément utilisé comme agent de conservation. L’acide citrique a également comme propriété ‘’D’activateur de GMS’’. Qui en gros vient stimuler vos ‘’GMS’’ encore en circulation ou bien stocker dans vos cellules graisseuses.

Si vous avez consommé une quantité considérable de ce type d’aliments et que vous sentez une certaine fatigue au niveau mental,  une supplémentation en L-Tyrosine est de mise. Rétablir vos niveaux de ce nutriment vous permettra de conserver une constance  de vos fonctions dopaminergique et ainsi même une meilleure concentration et focus lors de vos journées.

Posologie

Mon dosage : 3600mg (6 capsules) ajun ou immédiatement après mes probiotiques. Les probiotiques ayant un rôle important à jouer dans l’assimilation et le transport de la L-Tyrosine. Comme le Bifidobacterium bifidum, qui a comme rôle de transporteur de cet acide aminé. D’où la raison de les prendre après.

 

Jeff Morin - Entraîneur

 

 

 

 

Article précédent

  • Jeff Morin